Actualité

Pratiques Agro-Écologiques Prairies et Parcours – L’expérience de Christine MATHIEU

Christine MATHIEU est chargée de mission Agri-environnement pour les Parcs Naturels Régionaux. Au sein du Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient, elle participe à l'évolution du territoire en y apportant son expertise et son analyse du terrain. Aujourd'hui elle nous fait part de son expérience en tant qu'organisateur du Concours des Pratiques Agro-Écologiques Prairies et Parcours.

 

«Le concours est un formidable outil de dialogue et d’échanges sur les pratiques mises en œuvre par les éleveurs sur la conduite des prairies.

Dans le Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient, les candidats au concours sont des éleveurs qui sont engagés dans des mesures agro-environnementales dans leur exploitation. Les ayant accompagnés dans leur contractualisation, je connais souvent assez bien leur ferme et leurs pratiques. Cependant, lors de la rencontre pour leur participation au concours, cela nous permet d’avoir d’autres échanges notamment pour choisir la parcelle à proposer pour le concours. Cela me permet de reprendre les différents critères du concours et de les expliquer, afin de mieux sensibiliser aux liens entre écologie et production fourragère.

Lors de la recherche de candidats, le concours a aussi été une occasion de prendre contact avec des éleveurs que je ne connaissais pas, d’échanger sur leurs pratiques et de pouvoir aller ensemble voir leurs prairies.

Le moment de visite des prairies par le jury et la restitution faite aux éleveurs est, pour moi, un outil qui me permet aussi d’approfondir mes connaissances en agro-écologie et de pouvoir ainsi améliorer la pertinence de mes conseils lors des rencontres avec les éleveurs. Cela me sert à donner des exemples concrets de pratiques à d’autres éleveurs.

Les 3 participations du Parc ont concerné les prairies de fauche. Maintenant, nous souhaitons participer dans la catégorie pâtures, afin de pouvoir faire un réel travail autour de cette pratique et de pouvoir avoir une meilleure pertinence dans le conseil aux éleveurs.»

Témoignage recueilli  pour l'édition du journal du concours en 2017

6 bonnes raisons de faire partie de l'aventure

1. Développer une agriculture intégrée à son territoire

Le concept de prairies naturelles (ou prairies fleuries) et de parcours apparaît comme fédérateur et pédagogique, capable de créer du lien entre agriculture, environnement et territoires et capable de s’inscrire dans le cadre d’un projet plus global de développement durable du territoire.
Le concours renforce et initie des partenariats nouveaux entre acteurs de l’environnement et organisations professionnelles agricoles. Il incite à mieux valoriser ces espaces dans les exploitations agricoles et les territoires.

2. Valoriser la transformation locale et des produits de terroir de qualité

Prairies et vaches

Le concours des Pratiques Agro-Écologiques Prairies et Parcours permet de communiquer sur le lien « qualité des prairies/qualité des produits » et favorise la promotion et la commercialisation de produits sous signe de reconnaissance (AOP, IGP, Bio, marque Parc…). La richesse floristique des herbages soutient en effet une production agricole de qualité, car elle agit sur les caractéristiques organoleptiques et nutritionnelles des produits (viande, fromage, miel, etc.).

3. Engager les réflexions sur la valeur agronomiques des fourrages produits par les prairies naturelles

Le travail du jury local engage les agriculteurs et leurs partenaires dans des échanges permettant de conforter ou de faire évoluer la perception de la qualité des fourrages issus des prairies de fauche ou de pâture à flore diversifiée.

4. Animer des politiques publiques agro-environnementales

Selon les contextes locaux, le concours peut permettre d’animer et de promouvoir la mise en œuvre des MAE, d’un document d’objectif Natura 2000, de la Trame verte et bleue, d’un PAEN, d’une stratégie régionale pour la biodiversité, etc… Concernant les MAE, il incite les territoires à les concevoir plus en termes d’obligations de résultats que de moyens.

5. Engager une dynamique avec les apiculteurs : « le concours des Pratiques Agro-Écologiques Prairies et Parcours : un outil pour stimuler la filière apicole »

abeille et prairie

La connaissance du lien entre prairies fleuries et apiculture est souvent faible, malgré un intérêt certain des apiculteurs, qui sont bien présents dans les jurys, même s’ils manquent de disponibilité à cette période de l’année. Les contacts noués sont très appréciés et les agriculteurs voient souvent d’un bon œil la possibilité d’accueillir des ruches dans leurs parcelles. Le concours est donc un bon outil pour dynamiser la filière apicole.

6. Favoriser la formation et la médiation territoriale

Les agriculteurs qui font de l'accueil à la ferme, mais aussi les acteurs touristiques ou les restaurateurs sont intéressés pour valoriser l'image des pratiques agro-écologique dans leurs activités. Enfin, les acteurs de l’éducation à l’environnement, les enseignants ou formateurs et les lycées agricoles peuvent s’en saisir pour former les étudiants sur ce thème (concours des jeunes jurés).

Abonnez-vous à la newsletter

Pour ne rater aucune actualité du Concours Général Agricole

X